La traduction automatique connaît depuis plusieurs décennies un succès florissant. Cela s’explique, d’une part, par la nécessité de satisfaire une demande de plus en plus importante de traductions dans tous les secteurs de la vie professionnelle (y compris les arts et les métiers) et, d’autre part, par la facilité d’accès aux outils de traduction que l’avènement du Web a entraînée depuis sa première apparition. Google, Reverso, Systran ne sont que quelques exemples parmi les centaines de ressources disponibles en ligne permettant une automatisation des processus de traduction. D’autres viendront s’ajouter dans les prochaines années, poussées par le besoin de garantir des traductions rapides, mais fiables. Dans notre étude, nous souhaitons mettre au centre de notre réflexion la complémentarité de la traduction automatique et de l’activité intellectuelle humaine dans le processus de traduction. Plus exactement, nous nous attacherons à montrer que la traduction automatique n’est que la phase initiale d’un processus de transposition du sens beaucoup plus complexe qui ne peut et ne doit pas faire abstraction de l’activité interprétative finale délivrée par le traducteur. Ce constat nous permettra de prendre conscience de la manière dont le souci de productivité, qui semble désormais hanter toute pratique humaine en contexte professionnel, peut vraisemblablement se concilier avec la qualité des traductions.

Traduction, technologie, communication commerciale multilingue

MAIELLO, Gisella
2013

Abstract

La traduction automatique connaît depuis plusieurs décennies un succès florissant. Cela s’explique, d’une part, par la nécessité de satisfaire une demande de plus en plus importante de traductions dans tous les secteurs de la vie professionnelle (y compris les arts et les métiers) et, d’autre part, par la facilité d’accès aux outils de traduction que l’avènement du Web a entraînée depuis sa première apparition. Google, Reverso, Systran ne sont que quelques exemples parmi les centaines de ressources disponibles en ligne permettant une automatisation des processus de traduction. D’autres viendront s’ajouter dans les prochaines années, poussées par le besoin de garantir des traductions rapides, mais fiables. Dans notre étude, nous souhaitons mettre au centre de notre réflexion la complémentarité de la traduction automatique et de l’activité intellectuelle humaine dans le processus de traduction. Plus exactement, nous nous attacherons à montrer que la traduction automatique n’est que la phase initiale d’un processus de transposition du sens beaucoup plus complexe qui ne peut et ne doit pas faire abstraction de l’activité interprétative finale délivrée par le traducteur. Ce constat nous permettra de prendre conscience de la manière dont le souci de productivité, qui semble désormais hanter toute pratique humaine en contexte professionnel, peut vraisemblablement se concilier avec la qualité des traductions.
9782705687090
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11386/4237853
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact