Le silence dans les mots, le vide dans l'écriture: Simone Weil, une voix qui s'efface