Via rupta: vers la biodéconstruction