Joe Bousquet: connaissance et pourriture