Madame Bovary et le monologue inexistant